Chrétiens persécutés

Indonésie : une église brûlée par des extrémistes musulmans

  | 

Les autorités du district d’Aceh Sinktil en Indonésie ont déclaré dimanche que plusieurs églises chrétiennes devraient rester fermées cette semaine, en raison de violences et de tensions religieuses fortes dans la région. Il y a quelques jours seulement en effet, une foule de musulmans intégristes a brûlé une église, blessant plusieurs personnes et tuant l’une d’entre elles.

La majorité des Indonésiens pratiquent une forme modérée d’islam, les choses sont différentes dans le district d’Aceh Sinktil, la seule province à à adhérer à la charia islamique et à la pratiquer. En 2005, un accord permettant la mise en œuvre de la charia a été conclu dans cette région pour mettre fin à des décennies de violence séparatiste.

Selon les autorités, les groupes de chrétiens habitant dans le district d’Aceh Singkil où se tiennent les églises avaient été consultés sur la question. Après la mise en place de la charia, les membres de moins de six églises ont été d’accord de démanteler leurs lieux de culte après avoir admis qu’ils ne disposaient pas des permis de construction nécessaires, d’autres groupes de chrétiens locaux n’ont pas été disponible pour s’exprimer immédiatement sur le sujet.

Selon Bardan Sahidi, un membre du parlement provincial « toutes les maisons de culte, indépendamment de la religion, doivent être en conformité avec les lois de la province d’Aceh. »

S’appuyant sur ce texte, des habitants musulmans, y compris des membres du groupe extrémiste nommé « Islamic Defenders Front » (le Front de défense islamique) ont exigé, en invoquant un manque de permis de construire, que le gouvernement local ferme 10 églises. Une foule constituée de centaines de personnes a alors décidé de se faire justice elle-même en brûlant une petite église dans le district d’Aceh Singkil la semaine dernière, forçant des milliers de chrétiens à fuir vers des villages voisins.

Selon la police, un membre musulman de la foule a été tué, et 10 personnes ont été arrêtées pour incitation à la violence. Depuis cet incendie, qui a, en outre, fait plusieurs blessés, le gouvernement a déployé près de 1300 policiers et militaires dans la région pour patrouiller dans les rues et monter la garde à l’extérieur des églises qui parsèment les petites plantations d’huile de palme dans le quartier.

Les habitants chrétiens du village attaqué par les flammes, placé sous protection policière, ont quant à eux assisté à un culte dimanche à côté des restes calcinés de leur église.

Selon Saladin, le porte-parole de la police d’Aceh, les choses sont calmes pour le moment, mais les agents de sécurité s’attendent à d’autres incidents. Il a ajouté que les personnes évacuées avaient depuis pu rejoindre leurs foyers.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.