Chrétiens persécutés

Pakistan : un chrétien emprisonné pour avoir guéri des malades

  | 

Naveed John, un chrétien pakistanais de Sargodha de la province du Punjab, connu pour son rôle dans la guérison des malades a été arrêté et inculpé le 8 octobre par les autorités policières de cette ville. Parce que sa famille refusait de payer un pot de vin pour sa libération,  les policiers ont décidé de l’accuser de blasphème.

Un chrétien pakistanais qui priait et guérissait des malades emprisonnés par la police sur accusation de blasphème

Selon la « British Pakistani Christian Association » (BPCA) qui a publié cette information, c’est parce que Naveed John était en possession d’une épée sur la lame de laquelle apparaissait certaines proclamations musulmanes que les policiers trouvé un motif pour l’arrêter. Ces derniers estimaient en effet que si la possession de cette arme par un chrétien était connue par les musulmans, cela pourrait inciter à la violence.

Naveed John a alors expliqué que cette épée était un cadeau offert par un ami musulman, qu’il avait accepté par courtoisie et pour éviter de l’offenser. Il l’a conservé dans un lieu sûr et sur un matelas au sol pour éviter toute offense aux musulmans.

Les officiers de police ont alors demandé un pot de vin pour permettre la libération du chrétien, ce que la famille de John a refusé.
C’est suite à ce refus que les fonctionnaires l’ont alors accusé d’avoir insulté l’islam et le prophète Mahomet, et ont enregistré contre lui une accusation de blasphème, une infraction à la loi qui peut aller jusqu’à la peine de mort au Pakistan.

A l’origine de cette arrestation, figurent au moins deux motifs sous-jacents : le premier est le refus de la famille d’avoir payé, quelques semaines avant l’emprisonnement de Naveed John, un montant aux agents de la sécurité pour assurer sa sécurité contre l’extrémisme de certains musulmans. Selon le frère de John, Sakhawat Masih en effet, les policiers auraient fait une visite à leur domicile pour demander de payer une certaine somme en menaçant de prendre des mesures contre eux s’ils refusaient de le faire.

Le deuxième motif, sous doute le plus vraisemblable, est l’action de John comme chrétien.  Ce chrétien zélé a en effet prié pour de nombreux malades, y compris des musulmans qui ont été guéris miraculeusement et des démoniaques qui ont été délivrés. Certains de ces musulmans ont ensuite donné leur vie à Christ, ce qui a provoqué une grande tension dans la communauté, certains musulmans qui habitent dans le même quartier l’accusant de crimes.

Shamim Masih, un collaborateur de BPCA, a indiqué dans un communiqué que cette accusation de blasphème par la police elle-même, un acte sans précédent, marque un tournant qui constitue un danger pour les chrétiens. Les policiers, explique cet agent de BPCA, peuvent sur un simple coup de tête, après s’être vu refusé un pot de vin, accuser de blasphème, une situation qui nécessite un examen approfondi des pratiques de la police pour éviter les exagérations :

« Un examen approfondi de cet incident et un examen des pratiques propres de la police sont requis. Sinon, explique Shamim Masih, je prédis que beaucoup plus de chrétiens vont perdre la vie à cause de l’application des lois draconiennes sur le blasphème ».

Le président de BPCA, Wilson Chowdhry, se dit lui aussi extrêmement préoccupé par cette arrestation par la police sur accusation de blasphème, parce que les autorités de l’État sont censés protéger les collectivités.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.