Chrétiens d'Orient

Libre, le Père Jacques Mourad témoigne !

  | 

Un prêtre syriaque catholique, le père Jacques Mourad, enlevé au mois de mai au monastère Mar Elian de la ville d’Al-Qaryataïne, a retrouvé la liberté samedi 10 octobre. Il a témoigné de son incroyable évasion avec l’aide d’un ami musulman et sa volonté de rester en Syrie pour libérer les 200 chrétiens encore emprisonnés.

Le 21 mai dernier, au lendemain de la prise de la ville antique de Palmyre par l’État islamique, le père Jacques Mourad avait été enlevé à Al-Quaryataïne, une ville située à quelques kilomètres de la ville d’ Homs par trois hommes appartenant à ce groupe djihadiste. Selon des informations fournies par des sources épiscopales à Homs, il a réussi à s’évader le samedi 10 octobre et a rejoint dimanche 11 octobre, le village de Zaydal où il a célébré la messe.

Si les détails sur les circonstances de la libération du religieux n’ont pas été communiqués pour des raisons évidentes de sécurité, le père Jacques Mourad a néanmoins pu raconter les conditions de détention, mais aussi la façon dont Dieu l’a soutenu dans cette épreuve.

Il explique que les quatre premiers jours de leur kidnapping par les militants de l’État islamique, ils étaient enfermés dans la voiture du monastère dans laquelle ils avaient été capturés. Le 11 août, ils ont été emmenés près de Palmyre, où étaient présents 250 autres chrétiens capturés de la ville d’Al-Qaryataïne.

Pendant sa détention, les djihadistes ont demandé au prêtre à de nombreuses reprises de renier sa foi chrétienne et de se convertir à l’islam, le menaçant de mort dans le cas où il n’abdiquerait pas :

« Presque chaque jour, il y avait quelqu’un qui venait dans ma cellule de prison et me demandait :  » Qui êtes-vous ?  » Je répondais, je suis un Nazaréen, en d’autres termes, un chrétien.  » Donc, vous êtes un infidèle, criaient-ils. Puisque vous êtes un chrétien, si vous ne vous convertissez pas, nous allons vous trancher la gorge avec un couteau. »

Pourtant, malgré les menaces, le prêtre a dit qu’il refusait de renoncer à Jésus-Christ et affirme que Dieu l’a soutenu dans cette épreuve :

« Ceci est le miracle que le Dieu m’a donné – alors que je suis prisonnier, que j’attends le jour où je mourrai, j’ai une grande paix intérieure. ]…[ Je n’ai aucun problème si je dois mourir pour le nom de notre Seigneur, je ne serai ni le premier ni le dernier des martyrs, mais que l’un des milliers de martyrs pour le Christ ».

« Je tiens à remercier tous ceux qui ont prié pour ma libération », a-t-il également déclaré.

Loin de vouloir fuir la Syrie, le Père Jacques Mourad est déterminé à libérer ses compagnons de captivité encore détenu par l’ État islamique :

« Maintenant, je travaille avec un prêtre orthodoxe, d’autres amis bédouins et un ami musulman à libérer les 200 autres chrétiens qui sont toujours emprisonnés ».

 

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.