Chrétiens persécutés

Chrétiens persécutés : 1400 cas de blasphème enregistrés au Pakistan

  | 

Au cours d’un séminaire sur la liberté religieuse qui s’est tenu à Karachi récemment, Syed Mumtaz Shah, un avocat très respecté a déclaré que plus de 1400 cas de blasphème ont été enregistrés au Pakistan l’année dernière. Alors que les accusations sont portées principalement contre les minorités religieuses du pays, les chrétiens étant particulièrement visés, un autre aspect qui inquiète au plus haut point les participants à cette rencontre concerne les risques qu’encourent à chaque instant ceux qui prennent la défense des personnes accusées.

1400 de cas de blasphème enregistrés en 2014 au Pakistan, les chrétiens particulièrement visés

1400 de cas de blasphème enregistrés en 2014 au Pakistan, les chrétiens particulièrement visés

Organisée par l’Institut pakistanais de l’éducation et de la recherche de travail, cette rencontre a été l’occasion pour des dirigeants et des représentants de la société civile et des groupes religieux de faire le point sur l’application des droits de l’homme dans le pays. Force est de constater que les lois pakistanaises sur le blasphème, longtemps blâmés d’augmenter les tensions inter-religieuses à travers le pays, sont surtout utilisées à mauvais escient par des extrémistes pour régler des comptes au niveau individuel, saisir des biens personnels ou des entreprises.

La peine encourue pour les pakistanais accusés d' »insulter le prophète Mahomet » ou de contredire le Coran peut aller d’un emprisonnement allant jusqu’à 10 années de prison, voire la peine de mort. Ils sont de plus en plus nombreux, ceci d’autant plus qu’une loi récente interdit et sanctionne la traduction de certains mots sacrés du Coran et de la foi islamique en anglais, une raison supplémentaire pour persécuter les minorités religieuses dans le pays. Selon la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale, le Pakistan caracole dans le peloton de tête des pires pays dans le monde en ce qui concerne la liberté religieuse, une situation jugée particulièrement préoccupante.

Le gouvernement pakistanais a été blâmé pour avoir omis d’enquêter, d’arrêter ou de poursuivre les responsables des violations de la liberté religieuse, un climat d’impunité qui a contribué à favoriser l’intolérance et les actes de violence, indique un rapport publié récemment par cette même Commission.

En raison de lois telles que les lois sur le blasphème, a encore affirmé cet organisme de défense de la liberté religieuse, les politiques gouvernementales discriminent les membres des groupes religieux minoritaires en ne permettant pas une protection similaire à l’ensemble des citoyens du pays.

Une situation d’autant plus inquiétante que même les professionnels chargés d’assurer la défense de ceux qui tombent sous le coup d’accusations de blasphème sont également en danger comme l’explique un porte-parole de l’association des avocats à Karachi :

« Même pour les avocats, il est devenu dangereux de faire leur travail et de défendre un prévenu accusé de blasphème ».

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.