Société

Le Planning familial vendait des organes de fœtus

  | 
Une vidéo du Centre pour le progrès médical (Center for Medical Progress) basé aux États-Unis révèle que le Planning Familial américain vend des organes de fœtus avortés vivants  à des cliniques pour la recherche médicale.
Cecile Richards est la presidente de Planned Parenthood Federation of America, l'un des principaux regroupements de planification familiale aux États-Unis. Cette organisation milite en faveur de l'éducation sexuelle, l'accès aux soins de santé et la santé reproductive.

Cecile Richards est la presidente de Planned Parenthood Federation of America, l’un des principaux regroupements de planification familiale aux États-Unis. Cette organisation milite en faveur de l’éducation sexuelle, l’accès aux soins de santé et la santé reproductive.

Le « Planned Parenthood », un regroupement de planification familiale  militant en faveur de l’avortement aux États-Unis, est sous le feu de la critique depuis la diffusion d’une vidéo montrant que cet organisme se livrait à la vente indue de tissus fœtaux prélevés à la suite d’interruption de grossesse. Une ancienne employée d’un centre d’IVG de ce groupe a révélé que certains organes étaient prélevés  sur des fœtus encore vivants.

Holly O’Donnell, ancienne technicienne « StemExpress » à Planned Parenthood témoigne de l’horreur de ce qu’elle a vécu :
« Au moment où je vois [l’enfant avorté], je suis juste sidérée. Le stade de gestation du fœtus est proche de celle d’un bébé. On lui montre alors que le cœur du fœtus est encore vivant. Prenant un de ses instruments,  elle tape juste le cœur et il commence à battre. Je reste assise là et je regarde ce fœtus qui a le cœur battant, et je ne sais pas quoi penser « .

Un jour, explique encore Holly O’Donnell, son responsable l’appelle dans une salle pour prélever les organes d’un fœtus presque entier arrivé après le terme de l’avortement autorisé à la clinique Planned Parenthood Mar Monte San Jose CA d’Alameda. Il lui montre alors que le coeur du bébé battait encore, mais a décidé de lui prélever son cerveau. Contrairement à d’autres fœtus, le bébé n’a pas été détruit par l’IVG, ce qui a rendu son superviseur enthousiaste parce que l’entreprise sera satisfaite.

Son responsable lui a ensuite demandé d’ouvrir  la tête du bébé en la coupant afin d’extraire le cerveau du bébé. S’exécutant à contre cœur, Holly O’Donnell suit les instructions, prend les ciseaux et coupe le milieu du visage : « Je ne peux même pas décrire ce que j’ai ressenti à ce moment là, » témoigne-t-elle encore. Elle explique alors que c’est dès cet instant qu’elle a réalisé qu’elle ne pouvait en aucun cas continuer à travailler dans cet établissement et explique qu’il est très difficile de savoir qu’elle sera la seule personne qui aurait tenu ce bébé entre ses mains.

La vidéo du Centre pour le Progrès Médical a également montré d’autres clips présentant d’autres cas de bébés qui naissent entiers et vivants et à qui des organes sont prélevés même si le cœur bat encore.

Le Dr Ben Van Handel de la société de tissu foetal Novogenix, qui a travaillé avec Planned Parenthood comme directeur principal des services médicaux, ou encore Deborah Nucatola, ont corroboré le témoignage donné par  Holly O’Donnell.  Ils confirment qu’effectivement, il y a encore des pulsations cardiaques sur certains des foetus dont les organes sont prélevés.

David Daleiden, directeur de Center for Medical Progress a lui-même déclaré dans un communiqué :

 

« la vidéo d’aujourd’hui contient des révélations déchirantes sur la barbarie absolue de la pratique de l’avortement, de la vente d’organes et de foetus livrés vivants et intacts. Planned Parenthood est une organisation criminelle sur toute la ligne et les financements des contribuables devraient immédiatement être coupés. Ils devraient être poursuivis pour leurs atrocités contre l’humanité ».

Un autre témoignage, celui de Gianna Jessen, rescapée de l’avortement  semble confirmer que l’on ne fait pas beaucoup de cas des foetus à Planned Parenthood. Elle a en effet survécu à un avortement salin dans le ventre de sa mère, raison pour laquelle elle est née vivante. L’avorteur, qui n’était pas encore arrivé, n’a pas pu terminer le travail en la faisant mourir par strangulation.

 

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.