Eglises

Forte croissance de l’ Église cubaine

  | 

Le nombre d’églises à Cuba est en forte hausse. Sur les vingt dernières années, en effet, plus de 16 000 églises évangéliques auraient ouverts leurs portes. Beaucoup se réunissent dans les maisons, d’autres se rassemblent dans les églises qui connaissent un nouvel essor sur l’île.

Face à la souffrance et aux difficultés, les Cubains trouvent dans la foi chrétienne une espérance au point que le nombre d’églises explosent dans ce pays. Le plus grand défi auquel est confronté l’église à Cuba aujourd’hui est de trouver de l’espaces pour implanter de nouvelles églises. Les règles du gouvernement ne permettent pas, en effet, aux chrétiens d’acheter des terres et de permettre ainsi l’expansion des églises.

Histoire du développement des églises à Cuba

C’est en 1990, alors que des évènements ont menés à la chute de l’Union soviétique que des églises ont commencé à se développer à Cuba. La politique menée par le gouvernement cubain, passant d’une philosophie athée reniant l’existence de Dieu à une plus grande ouverture vers des points de vue différents et à l’introduction de la laïcité a incité toute une génération à se poser des questions sur la foi.

C’est finalement de l’association d’un évènement marquant au niveau international, d’un changement de politique à l’égard de la religion et de règles strictes érigées à l’égard de baptistes interdisant la construction de bâtiments d’églises pour le culte mais permettant les chrétiens de se réunir dans des églises de maisons qu’on doit  l’expansion rapide du christianisme.

En 20 ans, ce sont ainsi près de 16 000 églises qui sont nées à Cuba, au point que ce développement très important a été comparé à la croissance de l’église primitive dans les Actes des apôtres. Le processus est toujours un peu le même : des chrétiens se retrouvent dans les maisons, et dès que l’église devient trop grande, elle se multiplie.

L’assouplissement des restrictions dans le pays comme la possibilité d’évangéliser à l’extérieur ou d’organiser des évènements spéciaux a favorisé l’expansion de l’évangile, même si les chrétiens cubains ne peuvent pas acheter des terres pour construire des églises, ou encore produire des émissions de radio ou de télévision chrétiennes.

De la croissance des églises et du zèle des chrétiens…

Le Pasteur Miguel officiait dans une église de maison, mais le nombre de chrétiens se réunissant étant rapidement devenu trop petit, les rencontres se font aujourd’hui dans la cours à côté de son immeuble. Le succès est tel que près de 80 000 personnes se sont jointes à cette assemblée.

D’autres responsables témoignent comment ce sont les souffrances ont permis à l’église de se développer, comme Pasteur Nestor et son épouse Rosa qui vivent au dessus de leur minuscule église de maison  :

« Les limites et les difficultés ont été une des choses qui nous ont fait grandir dans la foi. »

Le dimanche matin, et pendant toutes les réunions de semaine, seulement quelques chrétiens peuvent s’asseoir sur un véritable siège.

«Les personnes ici ne se soucient pas s’ils seront confortablement installés. Même s’ils sont épuisés de travailler toute la journée,  ils peuvent être assis sur un sac de pierres, une chaise recousue, et résister à l’ensemble du service chrétien, ils ne s’en plaindront pas. »

Parmi les milliers de  pasteurs qui dirigent une église de maison à Cuba, il y a le Pasteur Francisco, un Cubain venu au Seigneur après avoir fait des rêves à propos de Jésus pendant près de trois ans. Ce passionné de l’Évangile dirige aujourd’hui une petite église de quartier qui se réunit trois fois par semaine.

« Nous avons évangélisés chaque personne qui vit dans cette région, en distribuant un Nouveau Testament par foyer.  Nous ne pouvons pas arrêter, nous continuerons parce que même si les personnes n’acceptent pas le Seigneur à la première, deuxième, troisième ou quatrième fois, même si c’est le cas, nous ne pouvons pas arrêter jusqu’à ce qu’elles viennent au Seigneur».

Des obstacles et des combats… et pourtant, l’évangile progresse

Les Cubains sont pauvres puisqu’ils gagnent en moyenne entre 20 et 50 dollars par mois, pourtant les chrétiens cubains  sont connus pour leur générosité et leur volonté à se sacrifier pour la cause de l’ Évangile :

« Ce que nous avons, nous voulons partager avec les autres», a déclaré Francisco. « Ce que nous avons, pas notre surplus »

La pauvreté des Cubains n’arrêtent donc pas l’expansion de l’église de Jésus-Christ à Cuba. Un autre obstacle, d’ordre spirituel, pourrait infléchir son  développement mais ce n’est pas le cas. Dans ce pays, un système de croyances en provenance d’Afrique de l’Ouest et du catholicisme, la Santeria, tente de combattre les églises cubaines.

Pasteur Nestor a notamment dû faire face aux rituels et cérémonies des partisans de ce mouvement dans son quartier mais aussi pendant un culte du dimanche matin. Un groupe s’était tenu à l’extérieur de l’église en battant des tambours, empêchant le déroulement du culte.

 

L’église a alors commencé à prier pour qu’il se mette à pleuvoir. Un orage s’est levé, et les partisans de la Santeria ont dû quitter la place.

Face aux différents obstacles et combats rencontrés, Pasteur Nestor a déclaré

« Parfois, sans la souffrance, il n’y a pas de défi […] Et sans ce défi, il n’y a pas de victoire. »

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.