Actualité chrétienne

Chrétiens persécutés : la ville d’Alep, une deuxième Mossoul ?

  | 

«Nous craignons une avancée importante des islamistes la semaine prochaine; s’il vous plaît, priez!» Ce message vient de nous parvenir de nos partenaires de projets à Alep, en Syrie. Cette semaine, la fin du ramadan est encore largement célébrée. Mais la semaine prochaine…?

Un enfant réfugié syrien

Un enfant réfugié syrien

La ville syrienne d’Alep, qui compte plusieurs millions d’habitants, est encerclée. A l’ouest, le front al-Nosra (branche d’al-Qaïda en Syrie) et la FSA (Armée syrienne libre) se rapprochent; à l’est, il y a l’EI. Il semble que cela ne soit qu’une question de jours avant qu’Alep tombe complètement entre les mains des islamistes. Cela signifierait un deuxième Mossoul. Le 10 juin 2014, l’EI avait en effet conquis la ville irakienne de Mossoul et les millions de non-sunnites avaient été obligés de choisir entre la fuite, la conversion forcée à l’islam, le paiement d’une taxe élevée de protection ou la mort.

L’exode massif se poursuit

L’exode massif des habitants d’Alep vers la région côtière de Lattaquié dure depuis des semaines. Le couloir d’évacuation est encore ouvert, mais pour combien de temps? Fin mars 2015, on comptait encore quelque quatre-vingt-cinq mille chrétiens à Alep; il y en a aujourd’hui moins de la moitié. Avant la guerre, plusieurs centaines de milliers de chrétiens vivaient dans cette ville. Une deuxième mégapole «libre de chrétiens» dans le «berceau du christianisme» semble inévitable.

Nos partenaires syriens demandent vos prières. Priez que les islamistes n’avancent pas plus loin et que les gens obtiennent de l’aide au cœur de toute cette détresse.

Au nom de la fondation caritative Réseau d’espoir, l’AEM fournit régulièrement du matériel de secours à près de quarante mille réfugiés en Syrie et en Irak, également à Alep. Pour plus d’informations: www.persecute.ch / www.reseau-espoir.ch.

La naïveté de l’Occident…

Pourquoi l’Occident voit-il le SNC (Conseil national syrien) avec sa branche armée, la FSA (Armée syrienne libre), comme la seule opposition légitime syrienne et prétendument «modérée»? La FSA ne coopère-t-elle pas avec le front al-Nosra, branche syrienne d’al-Qaïda, laissant les chrétiens sans subsistance dans leur patrie?

Pourquoi l’Occident soutient-il les islamistes «modérés» de façon considérable avec des frappes aériennes et un approvisionnement massif militaire, alors qu’actuellement, volontairement et délibérément, ils sont en train de raser entièrement des quartiers chrétiens?

Pourquoi l’Occident rejette-il cependant catégoriquement le soutien des milices chrétiennes et kurdes?

Pourquoi l’Occident semble-il ne pas se soucier du fait que la ville d’Alep est prête à tomber entre les mains des islamistes pour ainsi devenir une deuxième Mossoul et, par conséquent, une deuxième mégapole «libre de chrétiens»?

Pourquoi la situation à Alep est-elle si rarement signalée dans les médias? L’exode massif des habitants d’Alep vers la région côtière de Lattaquié dure depuis des semaines. Fin mars 2015, on comptait quelque quatre-vingt-cinq mille chrétiens à Alep; il y en reste aujourd’hui moins de la moitié. Avant la guerre, plusieurs centaines de milliers de chrétiens vivaient à Alep.

Pourquoi la communauté internationale ne fait-elle pas plus pression sur les partisans des terroristes bien connus de la région et n’impose-elle pas des sanctions contre eux?

Pourquoi l’Occident tolère-t-il que la Turquie maintienne délibérément ses frontières ouvertes pour l’EI et le front al-Nosra, permettant aux touristes djihadistes d’entrer sans aucune restriction en Syrie et aux islamistes de se retirer dans les régions turques pour s’organiser?

Pourquoi l’Occident tolère-t-il que la Turquie, à la frontière de la région kurde, creuse un fossé de trois mètres de profondeur pour couper la route et rendre l’aide humanitaire à la Syrie impossible et bloquer ainsi le chemin aux réfugiés sans défense, bien que beaucoup de déplacés aient trouvé refuge dans ces territoires kurdes?

Et enfin pourquoi l’Occident n’oblige-t-il pas les riches pays arabes du Golfe de faire quelque chose au sujet du flux de réfugiés en provenance de Syrie et d’Irak? Ne devraient-ils pas aussi prendre part au règlement du problème des réfugiés? Quatre-vingts pour cent des réfugiés syriens et irakiens sont musulmans et les pays du Golfe sont, culturellement, religieusement, linguistiquement et géographiquement, beaucoup plus proches d’eux que l’Europe influencée par le christianisme. Un dangereux périple à travers la Méditerranée serait ainsi épargné aux réfugiés.

Chers dirigeants/dirigeantes, chers politiciens/politiciennes et chers «faiseurs d’opinion», si nous n’élevons pas la voix contre cette misère et si nous n’utilisons notre influence, nous traitons avec le mal. Nous lançons un appel à votre influence et à votre engagement!

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.