Actualité chrétienne

Le pasteur Behnam Irani libéré pour 15 jours

  | 

Le pasteur Behnam Irani, qui était détenu depuis mai 2011 dans la plus grande prison iranienne, celle de Ghezel-Hesar, à Karaj, a été libéré pour quinze jours le 4 juillet 2015. La caution pour sa libération a été fixée par tribunal révolutionnaire de Karaj à 40 000 dollars.

Behnam Irani, pasteur de l'Eglise d'Iran, a été libéré pour 15 jours contre une caution de 40 000 dollars

Behnam Irani, pasteur de l’Eglise d’Iran, a été libéré pour 15 jours contre une caution de 40 000 dollars

Condamné pour action contre la sécurité nationale, conspiration contre le régime et organisation des rassemblements chrétiens, le pasteur Behnam Irani était incarcéré depuis mai 2011 dans la prison centrale de Karaj, ville située à 30 km à l’ouest de Téhéran. Le tribunal révolutionnaire de Karaj (Iran) vient de lui accorder quinze jours de liberté contre une caution de 40 000 dollars.

Pasteur iranien Behnam IraniLe pasteur Behnam Irani se convertit de l’islam au christianisme en 1992. À partir de 2002, il s’occupe de plusieurs Églises de maison, dont l’Église d’Iran, où d’anciens musulmans se rassemblaient clandestinement, ce que l’Iran considère comme de la propagande hostile à l’État. En 2006, ce père de famille subit une courte peine de prison pour «atteinte à la sécurité d’État». En 2008, il a été une nouvelle fois condamné à cinq ans de prison avec sursis. En 2010 enfin, il a été arrêté pour la troisième fois lors d’une réunion d’Église de maison et placé en détention provisoire.

Behnam Irani, pasteur de l'Eglise d'Iran

«J’ai été incarcéré parce que je crois en Jésus Christ et parce que j’ai échangé avec des frères et sœurs dans la foi.»

En 2011, il est condamné à six ans de prison pour “ action contre l’Etat et contre l’Ordre Public”. Au cours de sa détention, il a été torturé et mis en isolement cellulaire à plusieurs reprises. Il a sûrement aussi été puni parce qu’il avait réussi à faire sortir de la prison la lettre déjà mentionnée en fin 2013. Il y écrit encore:

«Le régime islamique d’Iran persécute sans répit tous les non-musulmans.»

Les mauvaises conditions de détention lui ont valu un ulcère d’estomac et de graves problèmes intestinaux. Les soins médicaux lui ont été longtemps refusés jusqu’à ce que son état se soit tellement détérioré qu’il a dû être hospitalisé et opéré en février 2014. Il n’a pas eu le temps de se remettre qu’il était déjà de retour en prison.

Pasteur Behnam IraniLe 7 juin 2014, les gardiens l’ont sorti discrètement de sa cellule. Il est revenu après plusieurs semaines d’isolement carcéral durant lesquelles il était confronté à la police secrète. Souvent, on l’interrogeait durant plusieurs heures sans répit. La police secrète l’accusait de communiquer avec les médias et l’a menacé d’un prolongement de peine. Sa Bible et les quelques écrits qu’il pouvait jusqu’à présent lire dans sa cellule lui ont été confisqués.

Le ministère public a formulé 18 nouveaux chefs d’accusation à son encontre dont celui de “répandre la corruption sur la Terre” (Mofsed-e-filarz), qui peut être puni de mort en Iran. Il convient de rappeler que des centaines de personnes avaient été exécutées pour «Mofsed-e-filarz» lors de la révolution de la fin des années 1970. Depuis la révolution, plus de 8000 personnes, des opposants politiques ou religieux, ont été exécutés sous ce chef d’accusation.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.