Actualité chrétienne

Nigeria : des rebelles de Boko Haram placent leur foi en Jésus-Christ

Actualité chrétienne
  • Juil 09
  • 0

Les chrétiens originaires du nord du Nigeria, loin de se décourager face aux attaques répétées de Boko Haram, continuent à travailler sur le terrain pour implanter de nouvelles églises et répondre aux besoins des personnes déplacées, selon une information d’assistnews.net. Grâce à leur courage, plusieurs membres de Boko Haram ont pu se repentir et placer leur foi en Jésus-Christ.

Malgré la reprise par les forces militaires multinationales du Nigeria comprenant des mercenaires du Tchad et du Cameroun de plusieurs zones du nord du Nigeria qui avait été saisies par Boko Haram pour imposer la charia, le groupe de rebelles continue à poursuivre sa campagne de terreur, tuant au moins 2700 personnes depuis le début de l’année (dont 300 au mois de juin).

Jusqu’à présent, un ministère d’évangélisation basée au Nigeria travaillait principalement dans le nord de l’Adamaoua, Borno et Yobe. Ce ministère qui s’exerce toujours dans les villages nigérians au nord-est, mais de façon beaucoup plus discrète s’est élargi aux camps de milliers de personnes déplacées qui ont fui dans l’Adamaoua et sa capitale Yola.

Offrant une aide humanitaire, les missionnaires annoncent également la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, dans une époque où il est audacieux de le faire.

“Avec plus de 70.000 personnes présentes dans les camps là-bas, cela devient un nouveau champ de mission pour nous. […] Nous avons utilisé l’Évangile pour les atteindre dans leurs villages, mais maintenant nous ne les atteignons plus seulement avec l’Évangile ; nous les atteignons avec de la nourriture, nous les atteignons avec de la médecine, nous les atteignons avec la distribution de Bibles”.

De nombreuses zones où les chrétiens étaient majoritaires sont  devenues aujourd’hui des villes fantômes avec des bâtiments d’églises vides après que les habitants aient fui. Si de nombreux chrétiens sont morts suite aux bombardements de Boko Haram, c’est aussi le cas de nombreux musulmans. Face aux actions du groupe de rebelles, de nombreux musulmans interrogent les objectifs des islamistes et leur méthodologie en ces termes :

“Pourquoi Allah ne se bat-il pas pour lui-même? Pourquoi Allah envoie-t-il ces jeunes aller mourir ? Faut-il mourir de cette façon pour avoir la vie ? […] En dehors de cela, ils demandent également quels sont ceux qui enseignent ces jeunes à aller mourir et pourquoi ne peuvent-ils pas aller mourir eux-mêmes !  Ils posent des questions et viennent à connaître le Seigneur”.

Le directeur de  “Christian Aid Mission”  qui a travaillé en partenariat avec le ministère d’évangélisation sur les 28 dernières années a déclaré qu’il a permis d’aider à atteindre les exclus, de permettre aux gens de connaître le Christ et d’en faire des disciples, d’aider dans la formation et le développement de leaders, mais également de faire le travail dans des zones difficiles.

Grâce à un séminaire mis en place par le ministère d’évangélisation, des jeunes formés pour l’implantation d’églises se sont montrés engagés et courageux après avoir reçu leur diplôme pour partager le Christ dans les villages. Au milieu de décapitations, des fusillades et des attentats à la bombe, le message de salut du Christ a touché plusieurs membres de Boko Haram qui sont devenus chrétiens.

Leur foi a cependant un coût. En guise de représailles, les rebelles ont par exemple envoyé une vidéo à un ex-membre montrant l’assassinat de sa femme et de ses trois enfants avec des couteaux.

“Parfois, il se sent réconforté du fait d’avoir Jésus, mais quand il se souvient de sa famille, il souhaiterait ne plus faire partie de ce monde non plus. […] La bonne chose est que Dieu l’a attiré à Lui, et qu’en l’amenant à Lui, Dieu a aussi sauvé quelques vies.”

Les anciens membres de Boko Haram qui sont devenus disciples de Jésus se rencontrent dans un endroit sûr,  loin du fief des rebelles dans le nord. Ils ont montré un vif intérêt dans l’apprentissage de la Bible en profondeur, souhaite se débarrasser de tout ce qui offense Dieu et veulent devenir spirituellement affermi afin de pouvoir atteindre les musulmans.

En raison des traumatismes subit par les chrétiens explique encore le directeur du ministère d’évangélisation, si les chrétiens continuent à se rassembler pour le culte derrière des barrières de sécurité, beaucoup ne partagent plus leur foi et se sont tus alors que de nombreux musulmans se posent beaucoup de questions.

“Personne ne fait plus d’évangélisation. L’église est maintenant à l’intérieur”. […] alors, Qui fait le travail ? Le christianisme ne doit pas se vivre que de l’intérieur. Il est à la fois intérieur et extérieur. Nous devons aller à l’extérieur. Quand l’église ne fait pas cela, c’est terminé”.

Les diplômés du séminaire et d’autres chrétiens sont prêt à répondre aux questions que les musulmans se posent, un grand nombre d’entre eux se tournent vers le Christ. Ils font souvent preuve de beaucoup de courage, comme c’est le cas par exemple d’un missionnaire qui se trouvait dans un village où Boko Haram tuait des gens. Il s’est échappé dans la forêt pour faire son rapport à ses responsables. Quelques heures plus tard, il a appelé pour dire que l’armée nigériane était arrivée et combattait Boko Haram.

Le directeur a alors proposé à ce jeune ainsi qu’à trois autres missionnaires de quitter ce village pour la saison, ce que les quatre jeunes-hommes ont refusé en disant :

«Regardez, nous avons plus de 100 personnes à gagner dans ce village. S’ils partent, nous irons avec eux. Si nous partons du village sans eux, cela signifie que nous ne reviendrons pas, parce que si nous revenons, quel genre de message de l’amour de Dieu leur apporterons-nous ? Que nous avons fui quand il y avait la crise, et maintenant nous sommes de retour ? “

Ces jeunes gens sont prêts à faire ce que Dieu les a appelés à faire au milieu des atrocités, a encore affirmé  le directeur. Comme missionnaires, ils n’abandonneront pas.

“Au milieu de ce qui se passe, nous remercions toujours Dieu, parce que nous sommes encore en vie ; nous travaillons toujours “, dit le directeur. “Si l’église est dans la clandestinité, qui connaîtra l’église ? Il doit y avoir des missionnaires qui sont tellement désespérés pour gagner des âmes à Christ qu’ils sont prêts à mourir. “

A propos de l’auteur

Laisser un commentaire

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.