Actualité chrétienne

Des chrétiens indiens manifestent pour condamner le viol de deux religieuses

Actualité chrétienne
  • Jul 02
  • 0

Une manifestation organisée par la Conférence des évêques catholiques de l’Inde (CBCI) s’est tenue récemment à Delhi pour demander l’augmentation de la protection des femmes à travers le pays à la suite du viol de deux religieuses catholiques. Rassemblés hier à l’extérieur de la cathédrale Sacré-cœur de la capitale, près de 100 manifestants chrétiens ont condamné ces actes cruels contre ces sœurs tout en demandant une sécurité accrue pour les femmes en général.

Le 19 Juin, dans l’État de Chhattisgarh en Inde centrale, une religieuse de 47 ans a été attaquée et violée au Krist Sahaya Kendra (Centre d’aide du Christ). Membre des missionnaires salésiens de Marie Immaculée, cette infirmière qualifiée vivait sur ce centre qui traite des enfants et des patients avec des blessures légères.

Cet incident n’est pas le premier puisqu’il a été précédé du viol d’une religieuse âgée dans un couvent du Bengale occidental en mars.

La police est à l’œuvre et tente de retrouver les suspects. Le responsable de la police, Neeraj Chandrakkar, a déclaré que près de 150 à 200 personnes ont été interrogées dans le cadre de la criminalité, et au moins 30 ont été arrêtées pour être identifiées par la victime. L’enquête est toujours en cours puisque l’agresseur n’a toujours pas été retrouvé.

La CBCI en organisant cette manifestation voulait condamner ces actes cruels contre les religieuses, demander la sécurité pour les femmes en général, et faire appel à la conscience des dirigeants afin d’agir rapidement pour contenir cette menace qui pourrait se propager dans le pays.

C’est suite à ces deux viols et à l’appel de la CBCI que les chrétiens de Chhattisgarh sont descendus dans la rue en vêtements blancs et des bandages noirs pour dénoncer également la réponse inappropriée de la police face au viol de ces religieuses. Pour des raisons de sécurité, les écoles de missionnaires dans la région autour du centre médical ont été fermées. Les chrétiens de la région ont par ailleurs exprimé leur solidarité avec ce rassemblement, a expliqué le Père Sebastian Poomattam du diocèse de Raipur.

La secrétaire de la commission des femmes de l’archidiocèse de Delhi, Tessy Antony, a également déclaré que les manifestants sont prêts à de nouvelles actions si rien ne bouge :

“Nous allons manifester dans les rues si rien ne se passe. Nous attendons simplement la réponse du gouvernement de l’État. […] Si on ne fait rien contre les coupables, nous allons lancer un appel national à la justice pour la victime.”

De façon générale, la conférence des évêques catholiques de l’Inde se dit préoccupé par le traitement des femmes en général et des minorités religieuses particulièrement :

“Depuis que le BJP a pris ses fonctions au Parlement, il y a eu une impunité de plus en plus grande dans la façon dont les groupes extrémistes se comportent dans la société civile, de sorte que de plus en plus, les minorités dans le pays ressentent un sentiment de peur et de préoccupation pour leur avenir ».

Les attaques contre les minorités religieuses ont augmenté ces derniers mois, et sont déjà au nombre de 600 cette année.

La situation est telle dans le pays que le premier ministre Narendra Modi, chef du parti BJP a été contraint de promettre de protéger tous les groupes religieux minoritaires à cause de l’ indignation suscitée par les vagues d’attaques perpétrées contre les institutions chrétiennes à Delhi au cours de l’année.

Autre sujet que dénonce la CBCI, la façon dont les dirigeants répondent à ces agressions est inadéquates puisqu’ils préfèrent garder le silence et ne se soucient pas de ces situations pour empêcher de telles actions.

Les femmes catholiques en Inde ont cependant déclaré qu’elles n’avaient pas peur de continuer leur travail avec des personnes vulnérables. “Nous sommes nés pour servir les pauvres et nous n’arrêterons pas,” ont-elles déclaré.

About Author

Leave Comments

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.