Actualité chrétienne

Hommage aux victimes de la fusillade de l’église de Charleston

  | 

On s’attendait à voir affluer de nombreuses personnes pour pleurer les neuf personnes décédées au cours de la fusillade dans l’église épiscopale méthodiste africaine Emmanuel de Charleston. Les Américains ont été au rendez-vous. Arrivant de tous les coins des États-Unis, ils se sont rendus nombreux en Caroline du Sud pour rendre un dernier hommage aux morts et construire des monuments de commémoration.

Près de l’église, de nombreux objets comme des bouquets, des ours et des ballons ont envahi le trottoir tandis que des centaines de personnes faisaient la queue pour rendre hommage aux victimes, chanter des cantiques ou encore laisser des messages en mémoire des morts. Des milliers de messages écrits à la main recouvraient une bannière blanche déposée à l’entrée de l’église.

Sur ces messages, on pouvait lire « que Dieu vous bénisse » ou encore

« Merci Sénateur Révérend Clementa Pinckney, vous serez pour toujours une source d’inspiration pour nous ».

Accrochés sur une des portes de l’église, on pouvait aussi apercevoir le nom des victimes écrits sur des rubans blancs ornés de roses.Manifestations contre le drapeau confédéré à Charleston

Certains sont venus de très loin, comme c’est le cas d’un vétéran de l’US Navy, qui n’a pas hésité à faire 480 km pendant la nuit pour rendre un dernier hommage aux victimes de la fusillade. Il déclare avoir été porté par un sentiment fort qui l’a conduit jusqu’à Charleston car selon lui, une église est un lieu de culte, pas un endroit pour tuer.

Au delà du vécu douloureux du deuil, la tuerie perpétrée par Dylann Roof, un jeune-homme blanc de 21 ans a remis au cœur du débat la question du port d’arme, du contrôle des armes à feu et des crimes raciaux aux États-Unis. Le droit de posséder des armes à feu dans le pays est en effet protégé par la Constitution en Amérique.

Le motif de crime à connotation raciste est une hypothèse fortement vraisemblable dans le cas de ce drame, puisque dès samedi, soit trois jours après la fusillade, des photos de Dylann Roof posant avec une arme de poing devant un complexe militaire ou encore devant des maisons d’esclavagistes possédant une plantation circulaient sur la toile. Un texte du jeune-homme armé posté sur un site Web a également été découvert. Il relate le point de vue du suspect sur la relation entre les noirs et les blancs : Dylann Roof était convaincu de la supériorité des Blancs sur les noirs et déclarait qu’il n y avait aucune raison de se sentir coupable au sujet du traitement des afro-américains.

Il s’est aussi prononcé sur le choix d’un endroit pour réaliser ses actions déclarant :

« Je n’ai pas le choix… je choisis Charleston, car c’est la ville la plus historique dans mon État, et la plus forte proportion de noirs par rapport aux blancs dans le pays.

 

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.